Les derniers articles classés dans votre discipline :

Proposer un nouvel article

   

Recevoir la Newsletter

Pour vous inscrire à la lettre d'information M@rsouin saisissez votre e-mail



Envoyer un message à la liste

Liste modérée par l'équipe m@rsouin.    
         Suivre la vie du site   
Accueil > Le GIS M@rsouin > La vie du Gis M@rsouin > Soutenances (de thèses, d’habilitations à diriger des recherches) > Marianne Trainoir a soutenu sa thèse intitulée « Ethnographie des pratiques (...)

Marianne Trainoir a soutenu sa thèse intitulée « Ethnographie des pratiques numériques des personnes à la rue »

jeudi 21 décembre 2017

Marianne Trainoir a soutenu sa thèse en Sciences de l’éducation « Ethnographie des pratiques numériques des personnes à la rue » le 18 décembre à l’Université Rennes 2.

Résumé de la thèse :
La question « SDF » est étudiée au sein de deux paradigmes : l’approche critique qui insiste sur les phénomènes de domination sociale et l’approche interactionniste qui souligne les adaptations successives que les individus mettent en œuvre. Ces adaptations dessinent une carrière abordée soit comme une carrière de désocialisation dont la clochardisation constitue l’horizon, soit comme une carrière de survie dont le maintien de soi forme la perspective quotidienne et biographique. C’est dans cette perspective que s’inscrit notre ethnographie des pratiques numériques comme supports pratiques du maintien de soi. L’expérience de l’errance est traversée par un certain nombre d’épreuves rassemblées dans une lutte pour le maintien de soi travaillé dans le quotidien de la survie mais aussi dans le travail de mémoire, de présentation, d’expérimentation et de projection de soi. Si la lutte contre la déprise est un travail essentiellement invisible, les pratiques numériques, observées dans l’écologie de l’activité, offrent une entrée pour l’observation et l’analyse. Ainsi, les pratiques numériques supportent, dans le quotidien de la survie, les démarches d’accès aux droits et la négociation de marges d’autonomie. Elles sont également un support des sociabilités familiales et amicales. Les pratiques numériques, à l’interface entre le privé et le public permettent aux personnes à la rue de s’aménager des temps et des espaces pour se soucier d’elles-mêmes. Enfin, les pratiques numériques constituent un support ambivalent, tantôt habilitant, tantôt disqualifiant.

Soutenue le 18 décembre 2017 devant un jury composé de :

  • Laurence Arenou, Directrice de l’action sociale, Ville de Saint-Nazaire (membre invité)
  • Bertrand Bergier, Professeur Sciences de l’éducation, Université Catholique d’Angers (directeur de thèse)
  • Julie Denouël, Maitre de Conférences Sciences de l’éducation, Université Rennes 2 (examinateur)
  • Francis Jauréguiberry, Professeur Sociologie, Université de Pau (rapporteur)
  • Thierry Piot, Professeur Sciences de l’éducation, Université de Caen (rapporteur)
  • Pascal Plantard, Professeur Sciences de l’éducation, Université Rennes 2 (directeur)
  • Marc-Henry Soulet, Professeur Sociologie, Université de Fribourg (président)

Marianne Trainoir a été interviewée dans le magazine TSA (magazine d’information des professionnels du secteur social et médico-social) au sujet de son travail de thèse. L’article est à retrouver dans son intégralité en cliquant ici : http://www.tsa-quotidien.fr/content/les-pratiques-numeriques-des-personnes-la-rue-temoignent-dune-recherche-de-conformation


Membres du GIS concernés par cette publication »

Marianne Trainoir

jeudi 21 décembre 2017

 
 

Contacter l'équipe du GIS  |  Se connecter  |  Plan du site  |  Crédits et mentions légales  |   Région Bretagne  |  Suivre la vie du site RSS 2.0  |  Haut de page