Les derniers articles classés dans votre discipline :

Proposer un nouvel article

   

Recevoir la Newsletter

Pour vous inscrire à la lettre d'information M@rsouin saisissez votre e-mail



Envoyer un message à la liste

Liste modérée par l'équipe m@rsouin.    
         Suivre la vie du site   
Accueil > Séminaires et conférences > Conférences, colloques, etc. > "LOL, rire aux éclats"- Vendredi 13 Janvier 2012, Université Rennes (...)

"LOL, rire aux éclats"- Vendredi 13 Janvier 2012, Université Rennes 2

lundi 9 janvier 2012 , par Priscillia Creach

LOL – Rire aux éclats

Journée d’étude du vendredi 13 Janvier 2012

université Rennes 2 - Bâtiment O, Espace musique culture.

Amphi musique, accès à l’amphi par le 1er étage.

Entrée libre.

Compréhension, incompréhension : du malentendu à la provocation -Séminaire de l’équipe Arts : pratiques et poétiques (EA 3208) année 2011-2012

sous la responsabilité de Bruno Bossis, Pierre Braun, Joël Laurent et Nicolas Thély

Lol- Rire aux éclats !

Le rire et la provocation concernent l’affirmation d’une disposition qui consiste à défier sans intention sérieuse, à faire mouche sans être armé. Cette forme d’idiotie consiste à être expert dans l’art de la pirouette, et semble être la seule voie possible pour inscrire et rendre remarquable son action dans le champ de l’espace public au delà des conventions du monde de l’art. Pour autant, cette attitude ne doit pas être considérée comme une dissolution de l’engagement politique de l’artiste, comme une bêtise gratuite, un geste pyrotechnique, juste pour voir. Elle doit au contraire concentrer et cristalliser une énergie, une puissance d’action et de revendication qui n’a rien à voir avec l’inertie mais qui tente de répondre aux constats d’impuissance face au spectacle offert par les puissants qui gouvernent les affaires du monde. Cette attitude se veut politique au sens où elle exprime une volonté de transformation des regards et des sensibilités que les disciplines artistiques portent indéniablement en elles. Comment faire bouger les lignes de partage ? Comment faire tomber les frontières imaginaires entre les individus ? Comment porter un regard neuf sur ce qui va de soi ? Par le rire. Par la provocation.


Face au processus de technologisation des activités et de numérisation programmée des objets du monde, les artistes ont depuis la deuxième moitié du XXe siècle souvent répondu par la dérision et l’ironie, sans céder à un enchantement angélique de la technique. De la machine à sourire de George Maciunas aux impostures des Yes Men en passant par les robots faussement déglingués de Norman White, c’est cette histoire qu’Anne-Marie Duguet a retracée en 2006 dans l’exposition Smile Machines à la Transmediale de Berlin.
Mais à côté de cet humour volontairement irrespectueux se développe depuis l’apparition d’Internet une culture légère et irrévérencieuse à l’image de ces petits acronymes espiègles comme « Lol » qui viennent ponctuer chaque phrase sur les messageries instantanées. « Lol » pour « Laughing out loud », ce qui peut se traduire par « rire aux éclats ». Symptôme d’une époque qui cherche son centre de gravité et de réelles perspectives, « Lol » est bien plus qu’un simple gimmick, c’est une forme sémantique du rire et de la provocation dans l’espace numérique qui doit nous interpeller sur le contexte bien curieux dans lequel artistes, amateurs et geeks développent aujourd’hui leurs propres imaginaires et produisent des formes, des signes et des dispositifs.

Bruno Bossis, Pierre Braun, Joël Laurent et Nicolas Thély

Comité de pilotage : Pierre Braun, Joseph Delaplace, Anthony Fiant, Joël Laurent, Christiane Page, Christophe Viart Coordination : Leszek Brogowski

Programme

Matin

10h00

Accueil et ouverture de la journée.

10h30

Anne-Marie Duguet (Professeur émérite, Université Paris 1)
L’humour n’est pas drôle !

Théoricienne des arts et médias, Anne-Marie Duguet est l’invitée d’honneur de cette journée d’étude. Directrice de la collection Anarchive, archives numériques sur l’art contemporain, elle est l’auteur de nombreux ouvrages de références concernant l’histoire de la vidéo et la création à l’époque du numérique. En février 2006, dans le cadre de la transmediale de Berlin, Anne-Marie Duguet a assuré le commissariat de l’exposition Smile Machines ayant pour objet l’humour, l’ironie et la dérision. Documents et œuvres à l’appui, elle reviendra sur cette expérience où le ludique, le curieux, le surprenant et le provoquant se manifestent comme une attitude critique nécessairement subtile.

12h00

Pause déjeuner.

Après-midi

14h00

Loïc Diaz Ronda (Doctorant, Université Rennes 2)
Hollywood m’a tuer... Humour politique et remock.

Le rire manifeste-t-il un désir de fuite ou peut-il constituer au contraire une arme politique contre les injonctions du spectacle ? A travers quelques films des cinéastes underground Yves-Marie Mahé et Derek Woolfenden, cette communication propose un éclairage sur un cinéma de détournement politique radicalement drôle, qui confronte des fragments de fictions hollywoodiennes aux affres de l’actualité. Invitant au questionnement des valeurs consacrées, avec un sens consommé du commentaire et du (re)montage signifiant, leur art inversé et loufoque de la "preuve par l’image" anticipe et surclasse nombre de Mashups circulant aujourd’hui avec succès sur le réseau.

14h30

Jean-Pierre Quinquenel (Doctorant, Université Rennes 2)
Johannes Kreidler : créer c’est interpeller

Johannes Kreidler est un compositeur contemporain. Il utilise le réseau Internet comme un laboratoire de formes et d’idées et comme une vitrine de sa créativité musicale. Il arbore ainsi la figure de l’artiste franc-tireur, pince-sans rire au ton mesuré et aux visages multiples. Mêlant visualisation de données et composition musicale, ses expérimentations sont à la croisée des genres : entre art et communication.

15h00

Pierre Braun et Nicolas Thély (Enseignants-chercheurs, Université Rennes 2)
Ghost protocol

A la surenchère du ridicule et de la bêtise à l’œuvre sur les réseaux sociaux, il semble que certains plaisantins, petits espiègles (pranksters) comme les surnomment les médias américains, aient choisi de jouer la carte de la provocation et du rire en investissant un autre réseau de communication plus traditionnel : les réseaux routiers. A la manière des hackers de l’Internet, ces pranksters s’appliquent à détourner les messages des panneaux de signalisations électriques.

15h30

Discussion et clôture de la journée.

Articles connexes "Pratiques culturelles" »


Contacter l'équipe du GIS  |  Se connecter  |  Plan du site  |  Crédits et mentions légales  |   Région Bretagne  |  Suivre la vie du site RSS 2.0  |  Haut de page