Les derniers articles classés dans votre discipline :

Proposer un nouvel article

   

Recevoir la Newsletter

Pour vous inscrire à la lettre d'information M@rsouin saisissez votre e-mail



Envoyer un message à la liste

Liste modérée par l'équipe m@rsouin.    
         Suivre la vie du site   
Accueil > Publications > 4 pages de recherche > L’utilisation d’Internet comme média relationnel : Quid des amis virtuels (...)

L’utilisation d’Internet comme média relationnel : Quid des amis virtuels ?

mardi 9 septembre 2008 , par Karine Roudaut, Virginie Lethiais | Lié au projet de recherche : Usages des TIC et vie sociale

Nous nous intéressons ici à Internet comme moyen de rencontrer de nouvelles personnes et d’échanger avec elles. Deux approches ont été combinées afin d’appréhender ce que nous avons appelé l’amitié virtuelle : une approche quantitative et une approche qualitative.

Internet est maintenant largement répandu auprès des ménages français et sa diffusion ne cesse de croître. Selon Médiamétrie, en février 2008, près de 32 millions de personnes âgées de 11 ans et plus se sont connectés à Internet au cours du dernier mois, quel que soit le lieu de connexion (soit 60.3% de la population). Ceci représente une croissance de 13% par rapport à février 2007. Outre le besoin de s’informer et de se divertir, l’utilisation d’Internet répond aussi à un besoin de communiquer. Selon une étude réalisée par Novatris/Harris Interactive [1] en décembre 2006, parmi les internautes français, 75% des 15-24 ans et 44% des 25 ans et plus utilisent régulièrement la messagerie instantanée, 29% des 15-24 ans et 16% des 25 ans et plus utilisent régulièrement les forums de discussion, et 23% des 15-24 ans et 14% des 25 ans et plus utilisent régulièrement les chats. Internet est donc très largement utilisé pour communiquer avec son entourage proche, mais aussi pour maintenir des relations avec des connaissances et pour rencontrer de nouvelles personnes.

Nous nous intéressons ici à Internet comme moyen de rencontrer de nouvelles personnes et d’échanger avec elles. Deux approches ont été combinées afin d’appréhender ce que nous avons appelé l’amitié virtuelle : une approche quantitative et une approche qualitative.

Les données exploitées ont été collectées par l’enquête « Usages des TIC par les ménages bretons » réalisée fin 2005, auprès de 2051 individus de plus de 15 ans résidant en Bretagne. Elles ont été complétées par 12 entretiens semi directifs menés auprès d’utilisateurs d’Internet ayant des amis virtuels.

« L’amitié virtuelle » reste peu répandue chez les internautes bretons...

Dans l’enquête quantitative, l’ami virtuel a été défini comme une personne (identifiée par son nom ou un pseudo) rencontrée sur Internet, avec laquelle l’interviewé à échangé plusieurs fois. L’interviewé peut avoir communiqué par la suite avec cette personne via d’autres moyens de communication qu’Internet ou l’avoir rencontré en face à face, la première rencontre ayant eu lieu sur Internet, elle reste un « ami virtuel ». Nous avons choisi d’exclure les relations professionnelles des amis virtuels.

Parmi les 2051 individus de plus de 15 ans résidant en Bretagne interrogés, 1179 déclarent avoir utilisé Internet durant les trois derniers mois, soit 55% de l’échantillon. Le tableau 1 présente l’utilisation faite d’Internet par ces usagers au cours des 12 dernier mois. Les usages les plus répandus sont la recherche d’informations et l’achat en ligne. En revanche, des usages plus « pointus » tels que la téléphonie ou visiophonie sur Internet, le développement de photos via Internet ou encore la vente en ligne restent plus rares. Enfin, la rencontre sur Internet reste une pratique assez peu répandue puisque seulement 7% des internautes déclarent avoir rencontré de nouvelles personnes sur Internet lors des 12 derniers mois.

... et n’est pas fondamentalement différente de l’amitié réelle

L’outil Internet permet de multiplier les rencontres virtuelles, les personnes interviewées mettant en avant la facilité et l’immédiateté de la prise de contact sur Internet . Cependant, le nombre de personnes rencontrées via ce média reste le plus souvent limité et proche du nombre d’amis réels. En effet, même si le nombre de personnes rencontrées sur Internet au cours des 12 derniers mois varie entre 1 et plus de 100, il reste inférieur à 10 pour plus de la moitié de notre échantillon et inférieur à 5 pour presque un tiers. L’amitié, qu’elle soit virtuelle ou réelle s’appuie sur un long processus de construction de la relation et sur un certain nombre d’exigences et de règles. Même si, « techniquement », les rencontres virtuelles sont beaucoup moins limitées en nombre que les réelles, les règles qui les régissent empêchent leur multiplication.

En opposition à l’idée parfois avancée d’abolition des distances engendrée par Internet, l’amitié virtuelle se limite le plus souvent aux frontières du pays. Seulement 7% des internautes ayant des amis virtuels déclarent que tous ou la plupart de leurs amis virtuels habitent en dehors du pays. Pour 91% de notre échantillon, tous les amis virtuels ou la plupart sont localisés dans le pays, pour 51% la zone se réduit à la région et pour 22% à la même ville.

Les sites de rencontres ne sont pas les outils les plus utilisés pour faire des rencontres sur Internet. Les internautes, même s’ils utilisent ce média pour faire de nouvelles connaissances, ne se dirigent pas nécessairement vers les sites directement dédiés à la rencontre, mais plutôt vers des sites thématiques. Cette démarche répond à leur besoin de partager un passe temps ou une passion, d’échanger avec des personnes avec lesquelles ils ont des points communs. Sur notre échantillon d’internautes ayant des amis virtuels, alors que 39% déclarent avoir fait des rencontres sur des forums ou groupes de discussion et 41% par l’intermédiaire de la messagerie instantanée, seulement 16% ont rencontré des amis virtuels via des sites de rencontre, 16% via des sites de jeux et enfin 13% via des blogs ou des wikis.

Le but ultime de l’amitié virtuelle n’est pas toujours la rencontre physique. En effet, bien que la majeure partie de l’échantillon déclare avoir rencontré tous ou la plupart de leurs amis virtuels, 10% n’en ont rencontré aucun.

Parmi les personnes interviewées, certaines déclarent ne pas rechercher la rencontre physique et être en contact régulier avec des amis virtuels depuis plusieurs années sans jamais les avoir rencontrés.

Les fréquences d’échanges avec les amis virtuels sont élevées, et souvent supérieures à leur équivalent dans le réel. Près de la moitié des individus de notre échantillon communique presque tous les jours avec leurs amis virtuels.

Un aspect important de l’amitié virtuelle, mis en avant par les interviewés, est la disponibilité des amis virtuels qui sont toujours prêts à écouter. Ce besoin de disponibilité se traduit par des contacts plus fréquents que dans le cas des amitiés réelles.

Notes

[1Etude réalisée en ligne auprès de 210.000 internautes sur 5 marchés : France, Italie, Espagne, Allemagne, Royaume Uni


Articles connexes "Société 2.0" »


Contacter l'équipe du GIS  |  Se connecter  |  Plan du site  |  Crédits et mentions légales  |   Région Bretagne  |  Suivre la vie du site RSS 2.0  |  Haut de page